Les performances des chiens renifleurs

Trouver les punaises de lit

Les performances des chiens renifleurs

Les performances des chiens renifleurs 582 527 Eco-Flair

L’habilité des chiens détecteurs de punaises de lit pour localiser les punaises de lit vivantes et leurs œufs

La punaise de lit, Cimex lectularius, comme d’autres espèces de punaises, est difficile à localiser car elle est discrète. Des chiens détecteurs sont dressés pour localiser les punaises de lit, car ils utilisent leur sens olfactif plutôt que la vue.

Des chiens ont été entraînés à la récompense, pour détecter les punaises (mâle ou femelle) et les œufs viables de punaises (au nombre de 5, ramassés 5 à 6 jours après avoir été nourris). Leur efficacité a été testée avec des punaises placées dans des tubes aérés en chlorure de polyvinyle.

Les chiens furent capables de faire la différence entre les Camponotus floridanus, les Blattella germanica et les Reticulitermes flavipes avec un taux de réussite de 97,5% (indication correcte des punaises présentes) et un taux de 0% de faux positifs (indication non correcte quand les punaises n’étaient pas présentes).

Les chiens furent capables de faire la différence entre les punaises de lit vivantes ainsi que leurs œufs et les punaises mortes, des morceaux de peau et des matières fécales, avec un taux de réussite de 95% et 3% de faux positif sur les matières fécales.

Lors d’un contrôle dans des chambres d’hôtel, les chiens étaient précis à 98% quant à la localisation des punaises vivantes.

Un placebo olfactif préparé à partir d’extraction de pentane a été reconnu par les chiens comme odeur significative de punaises de lit (à 100%).

Le placebo pourrait être utilisé pour faciliter l’entraînement des chiens .

Si les chiens sont entraînés correctement, ils peuvent être utilisés de façon efficace pour localiser les punaises de lit et leurs œufs.

Extrait traduit d’après le journal of Economic Entomologist, Université d’entomologie de Floride, Gainesville.

Par MARGIE PFIESTER,1 PHILIP G. KOEHLER, AND ROBERTO M. PEREIRA

Avril 2008

Retrouvez l’intégralité de l’article